Logo Coin de Mire
0
Mon panier Voir ma sélection
Login Coin de Mire

LES GRANDES FAMILLES

LES GRANDES FAMILLES
Publié le 16-10-2018

LES GRANDES FAMILLES DE DENYS DE LA PATELLIÈRE AVEC JEAN GABIN - 1959 Prix David di Donatello du meilleur acteur étranger pour Jean Gabin

Synthèse du synopsis de la production (1958) :


 Noël Schoudler a épousé voici trente-cinq ans Adèle de la Monnerie. Il était déjà riche, elle portait un nom illustre. La puissance de l’argent alliée au prestige de l’Histoire, c’est sur des fondations de ce genre que reposent les grandes familles.
Fondateur de l’Empire Schoudler, empire s’appuyant sur trois bases : le sucre, la banque et la presse, Noël Schoudler est aujourd’hui multimilliardaire, commandeur de la légion d’Honneur, Vice-Président du Fond Monétaire International. C’est un vieux lutteur despotique, régnant en maître sur sa famille et ses affaires. Mais son fils François est en train de remettre en cause son autorité. Au retour d’un voyage, Noël Schoudler constate de profondes modifications dans ses affaires, et notamment dans son journal. François s’est livré, en son absence à une vaste opération de « rajeunissement ». Les deux hommes entrent en conflit et François envisage de travailler de son côté. Il croit bénéficier dans ce projet de l’appui d’un oncle assez nauséabond mais très riche ; Lucien Maublanc. Dépravé, cynique, amateur de scandale, Lucien Maublanc hait depuis toujours son cousin, Noël Schoudler et va utiliser François pour détruire le père et son empire. Comprenant la manœuvre de Maublanc, Noël Schoudler offre à son fils un des ses fiefs : les Sucreries, ceci dans le but de lui donner avant tout une bonne leçon. François décide de moderniser les sucreries, s’endette et se retrouve au dernier moment sans support financier, joué par son père et trompé par son oncle. En bourse, les actions des sucreries amorcent une chute vertigineuse. Affolé par sa responsabilité dans ce qu’il croit être une débâcle, François se suicide. Anéanti par la mort de son fils, Schoudler reste tout d’abord sans réaction face à l’effondrement de ses affaires « Je ne peux plus rien perdre puisque j’ai tout perdu en perdant mon fils ».
Alors seulement on comprend que ce vieux despote avait de l’amour pour son fils, et que c’est pour lui qu’il se battait. Et c’est finalement la vue de son petit fils, le dernier des Schoudler, qui réveille chez le vieux lutteur l’instinct du combat. Le vieux géant retourne dans l’arène, à cette bourse où il n’a pas mis les pieds depuis vingt ans. Sa notoriété, son prestige sont des facteurs psychologiques énormes. Il inverse la tendance puis regagne les millions perdus, et en gagne d’autres encore sur le dos de Maublanc. Or il veut la « peau » de Maublanc. L’écrasement total de Maublanc. C’est la seule façon qu’il lui reste de venger François…Et lorsque deux heures plus tard, Noël Schoudler redescend lentement l’escalier de la bourse, c’est chose faite.

 

Film d’exception par son sujet à la distribution exceptionnelle, il n’avait jamais eu les honneurs d’une vraie restauration à laquelle il avait droit, malgré plusieurs éditions précédentes. Le cadre du film et les magnifiques noirs et blancs sont à redécouvrir absolument suite à la création de ce nouveau master 4K. Il s’adapte parfaitement à l’esprit de la collection LA SEANCE, en particulier pour le BD qui s’impose pour découvrir l’excellente définition du film.

En avant programme, vous trouverez aussi les réclames et les actualités cinématographiques PATHÉ la date de sortie du film (47ème semaine de 1958).

Sortie le 22 octobre 2018. 

Coin de Mire Cinéma