Logo Coin de Mire
0
Mon panier Voir ma sélection
Rechercher Rechercher sur Coin de Mire

LE BARON DE L'ÉCLUSE

LE BARON DE L'ÉCLUSE
Publié le 14-10-2019

LE BARON DE L'ÉCLUSE DE JEAN DELANNOY AVEC JEAN GABIN


Synthèse du synopsis de la production (1960)
 
Les gens qui mènent une vie de luxe ne sont pas forcément riches, mais ceux qui mènent la vie de luxe sans être riches, ne sont pas forcément des escrocs. Le Baron Jérôme Antoine, descendant d’un général d’Empire et ancien héros de l’aviation pendant la guerre de 14, est le type de cet aristocrate auquel les transformations du monde et les travers de sa propre nature ont retiré les moyens de vivre selon son rang, mais qui continue à vivre néanmoins dans les milieux de la fortune, parfaitement à son aise, et en ayant recours à de perpétuelles acrobaties. Il perd, il gagne. Banco en amour, Banco au jeu, Banco toujours. Tous les mois d’août il se rend à Deauville, comme il se doit. De quoi vit-il ? De ce qui se présente, de relations d’affaires vagues, de commissions et, quand il ne vend rien, ce qui lui est nécessaire il l’emprunte. Quand, à la fin de la saison de Deauville, arrive le jour du Grand Prix, le Baron Antoine n’a plus un sou. Son salut, où va-t-il le trouver ? Au bar du Soleil, peut-être, quand le marquis de Villamayor, un joueur invétéré et malchanceux, lui demande de vendre son yacht « L’Antarès » pour huit millions en lui réservant une commission de six cent mille francs. Dès cet instant le Baron Antoine va vendre le yacht à toutes sortes de gens qui n’en veulent pas. Parmi ceux-là, la ravissante Perle qui fut, pour le Baron, l’amour d’un printemps et dont l’existence sentimentale n’a guère été heureuse. Pour l’instant Perle est la maîtresse du Prince Saddokan, propriétaire de chevaux de courses, exécrable mufle mais authentique milliardaire. L’heure de la chance semble être arrivée pour le Baron. Quelques acharnés au jeu font une dernière partie d’écarté sans plafond dans une suite de l’hôtel Normandy. On invite le Baron à jouer. Il joue petit d’abord puis plus gros parce qu’il a gagné, et plus gros encore. Lorsque le soleil se lève, le Marquis de Villamayor doit onze millions au Baron Antoine et lui offre son yacht « L’Antarès » le même que le baron s’était efforcé de vendre depuis vingt-quatre heures et cinq millions qui doivent arriver par mandat. Il se voit déjà casquette blanche, blazer et pantalon blanc, descendant la France par les canaux jusqu’à la méditerranée. Il convainc Perle de le suivre et l’entraine avec lui. Et l’on retrouve plus tard « L’Antarès » le Baron Antoine et Perle en panne sur un canal de la région champenoise. Le mandat n’est pas arrivé, le matelot les quitte car il n’a pas été payé et n’a pas mangé depuis deux jours. Que peuvent faire auprès d’une écluse perdue, à bord d’un yacht de luxe dont Le frigidaire n’est rempli que de whisky, une jolie femme habituée des palaces et un Baron d’Empire ? Pourtant Perle trouvera son vrai bonheur au milieu de cette campagne avec un homme enfin parfait pour elle. Le Baron, lui, envisagera un moment de rester avec Maria l’aubergiste dans une vie simple et modeste. Mais le mandat de cinq millions arrive. Le Baron continuera finalement sa route vers son destin et vers Monte Carlo.
 
Ce film est un grand classique du cinéma populaire français, bénéficiant d’une très belle distribution, d’une histoire amusante et émouvante, dialogué admirablement par un Audiard en grande forme, sur un scénario de Maurice Druon d’après Georges Simenon. Son succès en salle a été conséquent, mais bizarrement, cette œuvre de Jean Delannoy n’a jamais été restaurée. Nous ne pouvions pas laisser un tel film sans une parfaite restauration 4K pour rejoindre notre collection par la grande porte.
 
En avant programme, vous trouverez aussi les réclames et les actualités cinématographiques PATHÉ de la date de sortie du film (15ème semaine de 1960).
 
Sortie le 14 octobre 2019

Coin de Mire Cinéma